Accueil

Le processus de la réforme pédagogique entamé au Maroc depuis 2003 dans le cadre du processus de Bologne,  a été une belle opportunité pour le développement de l’ingénierie pédagogique, la rénovation continue des cursus de formation, le développement de nouveaux modes d’enseignement,  la consolidation de l’autonomie pédagogique des universités et le développement de dispositif d’assurance qualité à travers l’accréditation et l’évaluation.

Sur le plan de l’organisation des cursus de formation, le module constitue l’unité d’enseignement. Chaque diplôme correspond à un ensemble de modules  d’enseignement. Le module comprend 1 à 2 éléments de module qui peuvent être enseignés dans une ou plusieurs langues. Un élément de module peut être soit une matière enseignée sous forme de cours théorique, de travaux dirigés, de travaux pratiques, soit une activité pratique consistant en travaux sur le terrain ou projet, ou stage ou travail personnel. Une activité pratique peut constituer une partie d’un module, un module entier ou plusieurs modules. L’année universitaire est composée de deux semestres comprenant chacun quatre ou six modules. Un ensemble cohérent de modules constitue une filière. Des pré-requis peuvent être nécessaires pour l’inscription à un module. Chaque module doit être dispensé, évalué et validé durant le semestre. Un module est validé si sa note est supérieure ou égale à 10 sur 20. Le module fait l’objet d’un descriptif précisant en particulier, les objectifs ; les pré-requis; les éléments du module et leurs syllabus ; les modes d’enseignement et la démarche didactique, les modes d’évaluation ; la méthode de calcul de la notation du module.

 L’inscription du Maroc  dans le processus de Bologne a introduit une dynamique et une culture de la réforme continue à l’université. Ainsi, et à l’issue d’évaluations sur la mise en œuvre de la réforme pédagogique, des aménagements ont été apportés aux programmes de formation. Cependant, la recommandation des évaluations des Licences en 2009 et Masters en 2010 et 2012 dans les universités, consistant à mettre en place un système de crédits, n’a pas encore été mise en œuvre.

 Aussi, les expériences de mise en place de programmes de formations en partenariat avec des universités européennes dans le cadre du programme Tempus ont fait ressortir des difficultés d’équivalence pédagogique et de reconnaissance des qualifications eu égard à une différence dans la comparaison  des programmes d’études au Maroc (système modulaire) et dans les pays européens (ECTS).

 Des difficultés de correspondance concernent également les niveaux de formation semblables pour des étudiants ayant fait des études supérieures au Maroc et souhaitant poursuivre leurs études en Europe. Certaines universités participant au présent projet, ont déjà participé aux Programmes Erasmus Mundus (Action 2) IMAGEEN, AVERROES, AL-IDRISI, EMMAG et GREEN IT. Dans ce cadre, un bon nombre d’étudiants et de personnels pédagogique et administratif de ces universités  ont bénéficié de mobilités vers des universités européennes. Toutes ces expériences ont mis en évidence des difficultés sérieuses lors de la planification, l’octroi, l’évaluation, la reconnaissance et la validation des qualifications et des unités d’enseignement suivies par les bénéficiaires, ce qui justifie le présent projet.